SA2019: la régularité en janvier 2019

Le SA019 et le sacrifice des branches Vallées, Malesherbes et Littoral ont été justifiés par:
– la promesse de monter la régularité de toute la ligne, et donc en particulier sur ces 3 branches, à 90%

– diviser par 4 le nombre de trains supprimés en comparaison avec le SA2014 (organisation suivie jusqu’au 8 décembre 2018)

– Réussir 95% des correspondances à Juvisy, c’est à dire en moins de 5 minutes.

Pour résumer, le coût en temps de la correspondance imposée doit être inférieur à celui des retards moyens dans l’ancienne organisation du SA2014.

Transilien publie chaque jour les chiffres de régularité sur une page à l’adresse

http://maponctualite.transilien.com

Ces chiffres y restent affichés pendant 14 jours. Je les collecte et les rassemble dans le tableau ci-dessous. Ce sont les régularités, c’est à dire la part des voyageurs ayant réussi leur trajet avec moins de 5 minutes de retard.

Pour rester au plus près de l’intérêt du voyageur , je cherche à mesurer la régularité sur le trajet Malesherbes – Paris. Mais la page ne le propose pas, le système de SNCF ne peut pas mesurer le temps consacré à la correspondance. J’ai pris le parti de collecter d’une part les chiffres de Malesherbes – Juvisy et d’autre part de Juvisy – Gare de Lyon, aux heures de pointe, dans le sens de la pointe.

Seuls les jours travaillés, hors WE, jours fériés et vacances scolaires sont relevés.

cliquez sur l’image pour ouvrir le PDF

Du 2 au 31 janvier, il n’y a pas eu un seul jour avec 90% de régularité pendant toute la journée! Le nombre de trains supprimés reste inconnu, ils sont pourtant nombreux. Le temps passé à changer de train, bien réel selon les témoignages que nous collectons, reste aussi inconnu par SNCF.

Il y a même des jours qui sont des cauchemars: les 8, 21, 23 et 25 janvier.

Le compte n’y est pas. Ce SA2019 ne tient pas ses promesses, les ambitions affichées dans le contrat entre IDFM et SNCF ne se matérialisent pas.

Nous ne pouvons pas attendre des mois pour le constater. Les témoignages collectés par centaines vont être remis à SNCF et à IDFM courant février. Et nous exigeons d’avoir en retour des explications ainsi que les indicateurs qui manquent: celui de la correspondance à juvisy et la liste des trains supprimés chaque jour.


Notre député, Franck Marlin, nous défend

Voici quelques pièces des échanges que nous entretenons avec la région et avec SNCF à propos du RER D et de sa « refonte » qui, n’hésitons pas à le dire, nous a sacrifiés.

Ce combat a été illustré récemment par un article paru dans le journal Le Parisien, le 9 janvier 2019, soit exactement 2 mois après le début de la mise en oeuvre de cette « refonte ». Cet article fait témoigner des usagers quotidiens du RER D sur la branche sacrifiée.
Cliquez sur l’image pour ouvrir le PDF

Ajoutons encore l’arrogance exprimée par le directeur de la ligne qui affirme vouloir poursuivre le dialogue, alors qu’il n’y a eu aucune concertation pendant l’élaboration de cette « refonte ». L’ADUMEC, entraînée par notre député, a exercé 2 recours au tribunal administratif contre les 2 décisions qui ont abouti à cette refonte sans que la région, auteure des 2 délibérations, n’ait daigné, 2 ans et 1 an après ces 2 recours, à répondre au tribunal. Les échanges sont donc réduits à rien, même devant un juge!

Cliquez sur l’image pour ouvrir le PDF.

Les témoignages sont nombreux, tant chez le député que dans les 2 associations qui défendent les usagers dans les 2 vallées de l’Essonne et de la Seine. Ainsi, à titre d’exemple, voici un témoignage d’un habitant d’Ormoy, usager du RER D desservi par la gare de Mennecy. Il a provoqué l’envoi d’un message à la présidente de la région Ile de France, Valérie Pécresse (la région est l’autorité organisatrice des transports) et au directeur de la ligne D (le prestataire de la région pour le RER D).
Cliquez sur le logo pour ouvrir le PDF.

Enfin, pour montrer combien le sujet est devenu critique, Franck Marlin a envoyé ce courrier à Valérie Pécresse.

Cliquez sur l’image pour ouvrir le PDF