Ponctualité sur Paris – Malesherbes en mars 2019

Nous venons de terminer le dernier jour travaillé de mars 2019, il est temps de se retourner vers le tableau des chiffres de ponctualité que j’accumule chaque jour à partir des chiffres publiés par SNCF sur la page

http://maponctualite.transilien.com

Rappelez vous qu’il s’agit de collecter les chiffres de ponctualité pendant les jours travaillés et hors vacances scolaires.

La ponctualité, c’est la part des voyageurs arrivés à leur destination avec un retard inférieur ou égal à 5 minutes.

Ces chiffres sont accumulés sur le trajet Gare de Lyon – Malesherbes, aux heures de pointe et dans le sens de la pointe. Ils sont découpés en 2 segments car SNCF ne sait pas mesurer le temps passé à changer de train, ni même mesurer combien de changemente de train se passent comme espéré selon les horaires théoriques.

Enfin, rappelez vous bien que le SA2019 a été adopté par Ile de France Mobilités en échange de l’engagement par SNCF d’une ponctualité d’au moins 90% sur toute la ligne. Il faut comprendre qu’il s’agit d’un engagement dès le 1er jour, le 9 décembre 2018, pour tous les jours, toute la journée et sur toutes les branches.

Cliquez sur l’image pour ouvrir le PDF

Seule une journée en mars a été conforme à cet engagement de ponctualité, le 21mars. Sur un total de 20 jours en mars, c’est un « taux de qualité » de 5%. C’est très mauvais.

Cependant, si on calcule une moyenne arithmétique, on trouve une ponctualité de plus de 90%, en mars sur Paris – Malesherbes. C’est la raison pour laquelle SNCF est contente.

Mais du point de vue des voyageurs, les gueux de l’étoile de Corbeil ou encore les galériens du RER D, seule une journée s’est passée pratiquement comme promis.

C’est très mauvais. Et c’est le seul avis qui compte car c’est celui des clients finaux et, surtout, c’est une appréciation faite selon les termes du contrat entre l’autorité organisatrice et le prestataire qui produit le service.

Il y avait eu une journée conforme à l’engagement de ponctualité en février, le 22 février. 2 jours réussis sur un total de 133 jours travaillés hors vacances scolaires, c’est un taux de réussite de 1,5% pour SNCF depuis le début du SA2019.

En d’autres termes, mais pour dire la même chose, le galérien, qui arrive à la gare le matin pour aller à son travail et en revenir le soir, organise sa journée pour être à l’heure au travail et revenir à la maison à une heure prévisible pour la suite de la soirée. Chaque matin, il a 1,5% de chance de gagner ce pari quotidien.

Pourtant, la moyenne arithmétique du tableau dépasse 90% et cela permet à SNCF de crier sa satisfaction.

Il y a cependant beaucoup d’insatisfaction et de colère dans les témoignages que nous recevons. Ce 1,5% de chances de réussir sa journée de galérien suffit à comprendre le gouffre qui sépare les galériens de la direction de SNCF.

SNCF est une société d’ingénieurs, très éloignée des préoccupations et des attentes de ses clients finaux. Espérons que cet éclairage par les chiffres soit une illumination et qu’un trait d’intelligence les traverse.

Enfin, les autres chiffres promis pour évaluer la performance du service restent cachés. Il s’agit des chiffres dus au titre du contrat entre IDFM et SNCF: le taux de réussite des correspondances imposées et la part de l’offre réalisée. C’est inacceptable.

SA2019: la régularité en janvier 2019

Le SA019 et le sacrifice des branches Vallées, Malesherbes et Littoral ont été justifiés par:
– la promesse de monter la régularité de toute la ligne, et donc en particulier sur ces 3 branches, à 90%

– diviser par 4 le nombre de trains supprimés en comparaison avec le SA2014 (organisation suivie jusqu’au 8 décembre 2018)

– Réussir 95% des correspondances à Juvisy, c’est à dire en moins de 5 minutes.

Pour résumer, le coût en temps de la correspondance imposée doit être inférieur à celui des retards moyens dans l’ancienne organisation du SA2014.

Transilien publie chaque jour les chiffres de régularité sur une page à l’adresse

http://maponctualite.transilien.com

Ces chiffres y restent affichés pendant 14 jours. Je les collecte et les rassemble dans le tableau ci-dessous. Ce sont les régularités, c’est à dire la part des voyageurs ayant réussi leur trajet avec moins de 5 minutes de retard.

Pour rester au plus près de l’intérêt du voyageur , je cherche à mesurer la régularité sur le trajet Malesherbes – Paris. Mais la page ne le propose pas, le système de SNCF ne peut pas mesurer le temps consacré à la correspondance. J’ai pris le parti de collecter d’une part les chiffres de Malesherbes – Juvisy et d’autre part de Juvisy – Gare de Lyon, aux heures de pointe, dans le sens de la pointe.

Seuls les jours travaillés, hors WE, jours fériés et vacances scolaires sont relevés.

cliquez sur l’image pour ouvrir le PDF

Du 2 au 31 janvier, il n’y a pas eu un seul jour avec 90% de régularité pendant toute la journée! Le nombre de trains supprimés reste inconnu, ils sont pourtant nombreux. Le temps passé à changer de train, bien réel selon les témoignages que nous collectons, reste aussi inconnu par SNCF.

Il y a même des jours qui sont des cauchemars: les 8, 21, 23 et 25 janvier.

Le compte n’y est pas. Ce SA2019 ne tient pas ses promesses, les ambitions affichées dans le contrat entre IDFM et SNCF ne se matérialisent pas.

Nous ne pouvons pas attendre des mois pour le constater. Les témoignages collectés par centaines vont être remis à SNCF et à IDFM courant février. Et nous exigeons d’avoir en retour des explications ainsi que les indicateurs qui manquent: celui de la correspondance à juvisy et la liste des trains supprimés chaque jour.